Un drame , des rescapés , des descendants ... L'histoire est-elle sur le point de se répéter ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 S'évade en rêvant ... [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah Mary Coleman

avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17 Printemps
* Citati0n ? : La MOrt Serait Sûrement Une Délivrance ...
* Have a Secret ? : Si C'Est Un Secret, C'Est Que Ca Ne Te Regarde Pas NOn ?
Date d'inscription : 22/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: MOurir & Partir D'Ici
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
40/100  (40/100)

MessageSujet: S'évade en rêvant ... [Libre]   Mer 23 Jan - 22:16

    On était dimanche, et Sarah avait passé la journée enfermée dans sa chambre, allongée sur son lit, à lire un livre qu'elle avait déniché dans la bibliothèque du centre. Certes, elle préférait cet établissement à chez elle, mais ce n'était pas non plus l'endroit dont elle rêvait. Les interdictions et les obligations, Sarah y avait droit depuis toujours. Elle aurait vraiment aimé pouvoir mettre tout ça de côté, et être enfin libre de ses faits et gestes. Elle avait donc dû mal à supporter cette nouvelle vie au centre, même si d'un côté, elle était très proche de ce qu'elle vivait dans son manoir de Londres. Mais une chose l'aidait à tenir, la bibliothèque. Passionnée de littérature depuis des années, quand elle était chez elle, elle ne pouvait lire ce qu'elle voulait, tout était programmé par ses parents. En général, ça lui plaisait, mais ne pas pouvoir lire ce qu'elle voulait quand elle le voulait, ça l'insupportait. Mais maintenant qu'elle était au centre, elle pouvait prendre n'importe quel livre, personne ne lui disait rien. A Londres, c'était Lucas qui la faisait se raccrocher à la vie, ici, c'était devenu la bibliothèque. Quoique l'idée de mourir ne la quittait jamais, d'ailleurs, elle attendait la première occasion pour tenter quelque chose. Mais pas facile avec tous les surveillants qui se promènent sans arrêt dans le centre.

    Elle était donc dans sa chambre depuis le début de la matinée. Elle n'était même pas sortie pour manger, bien trop intéressé par son roman. De plus, ses derniers temps, elle ne mangeait pas grand chose, elle n'avait pas faim. En fin d'après-midi, en passant devant sa chambre, l'un des surveillants de l'internat avait voulut ouvrir la porte, mais elle était close, et Sarah n'avait même pas daigné répondre à ses questions qui se faisaient de plus en plus pressantes. Le surveillant, sachant que beaucoup des adolescents de l'établissement avait des problèmes, et ayant lut avec attention le dossier concernant Sarah à son arrivée au centre, il se demanda si elle n'avait pas trouvé un moyen de tenter une nouvelle fois de mettre fin à ses jours. Très inquiet, il partit chercher son passe dans son bureau, et revint précipitamment ouvrir la chambre de la jeune fille. Il la vit, allongée sur son lit, le nez plongé dans son livre. Elle leva à peine les yeux vers lui, puis rebaissa la tête, se concentrant à nouveau sur sa lecture. Le surveillant essaya de lui tirer quelques mots, mais il eut beau faire, Sarah avait décidé de ne pas ouvrir la bouche, et elle ne dit rien. Il referma la porte et s'éloigna dans le couloir, continuant sa ronde.

    Une fois que la porte fut fermée, Sarah leva la tête. Elle lisait depuis qu'elle était réveillée, et ses yeux commençaient à fatiguer. Elle s'en était rendue compte lorsqu'elle avait été interrompue. Elle referma son livre, et s'approcha de la fenêtre. Dehors, le soleil était déjà à moitié caché. Elle regarda son réveil, presque 19h00. Elle poussa un soupir et posa son front contre la vitre froide. Puis elle se redressa et attrapa une veste légère dans son armoire. Elle aurait froid, mais ça ne l’inquiétait guère. Elle vérifia que le couloir était désert, et s'empressa de rejoindre à pas de loup, l'escalier qui menait aux toits. Il était presque invisible et il fallait bien observer pour remarquer sa présence. Mais Sarah, qui passait son temps à regarder ce qui se passait autour d'elle n'avait pas pu le louper. Dès sa première semaine, elle savait comment se rendre sur les toits, et elle était plutôt fière de sa trouvaille. A chaque fois qu'elle y allait, il n'y avait personne, et ça l'enchantait. Elle arriva en haut des marches. L'air était frais, et elle frissonna sous sa veste peu épaisse. Elle s'approcha du bord. Des vitres étaient posées tout autour du toit, impossible de sauter, dommage. Elle soupira et s'assit face à l'une des vitres, observant le paysage qui s'éloignait à perte de vu. Elle aimerait tellement réussir à s'échapper de cet endroit. Partir seule, être libre. Etre libre ou mourir, c'était ça l'important pour elle, et là, c'était loin d'être le cas, elle était vivante et prisonnière, tout le contraire de sa vision du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Standford

avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 27
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17
* Citati0n ? : At Least I Can Fucking Think ...
* Have a Secret ? : EveryOne Has A Secret .... Le tout c'est de savoir le garder !
Date d'inscription : 25/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: //
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Sam 26 Jan - 17:07

Souvent, on dis qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Cela n'a jamais été aussi vrai que dans mon cas. Tout le monde me regarde d'une manière qui lui est propre. Je ne sais ce qu'il se passe en eux. Peut-être pensent-ils qu'un garçon discret est synonyme de garçon qui n'en vaux pas la peine. Peut-être est-ce vrai aprés tout. Je n'en vaux peut-être pas la peine. Mais cela ne me dérange pas, loin de là. J'aime être seul, c'est vrai. Mais comme on dit, mieux vaut être seul que mal accompagné.

Il y a des jours où je me dis que j'aurais mieux fait d'être comme ma soeur. Ouvert et souriant à chaque personne que je rencontre. Mais quelque chose en moi me bloque. Ca doit être pour me diférencier de ma soeur, elle qui a tellement d'amis. Aprés tout, je n'ai pas d'histoire. Alors si en plus je n'avais pas une personnalité à moi ( même si elle n'est pas terrible ) à quoi je servirais ? De toute façon dans cet internat, je ne sert pas à grand chose. Je suis celui qu'on croise à tout les coins, dans les couloirs ou autre, celui qui est toujours renfermé sur lui, à écouter sa musique ou à griffoner je ne sais quoi.

Mais ce que la plupart ne savent pas, c'est que, bien loin de mon tempéramment de "discret" ceci, là oui tout autour de vous, est mon territoire. Je connais chaque recoins et je n'en suis pas peut fière. Je plus grande parties des passages secrets que je connais est ignoré du personnel. Ce qui me donne un certain pouvoir pour moi même. Personne ne sait comment je fais pour le trouver à tel ou tel endroit alors qu'une seconde avant, j'étais à l'autre bout de l'internat. Et cela me fait sourire, intéreurement bien sur. Hors de question que les gensvoient quil y a une faiblesse en moi : eux. eux qui me font sourire ironiquement.

Mes yeux se perdent dans l'horizon. je ne sais pas quelle heure il est. Et en fait, cela ne m'interresse pas le moins du monde. Plus rien ne m'interresse d'ailleurs. Je suis hors du temps, dans mon monde insoupconné. Je suis assis là depuis je ne sait quelle heure, sur les heuteurs du toit, là où je peux tout voir sans être vu. j'ai l'habitude de venir ici. C'est un demes lieux favoris. J'ai découvert l'acces alors que je n'avais que 7 ans. J'en suis fière. Ici, rien ne me dérange, à part peut-être le vent de temps en temps, mais là, ce n'était pas le cas. Les jambes repliées, je regarde au loin. mais ma vue qui, depuis mes 7 ans, n'a jamais était contrée vient de l'être soudainement.

J'ouvre de grand yeux ronds. C'est une jeune fille. Je ne la connais que de vue. Je ne m'étais jamais fait d'opinion sur elle, bien que je la croisais souvent. Généralement, j'arrive facilement à cerner les gens ... mais pas elle. Ce qui me troubla. Je la regardait, sans cligner. Je la vois sassoir et regarder tout comme moi, devant elle. Je ne lève pas une seconde mes yeux, qui se perdent dans sa contemplation. Des questions me viennet. Comment connaissait-elle l'entére, depuis venait-elle ici... Pourquoi ... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Mary Coleman

avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17 Printemps
* Citati0n ? : La MOrt Serait Sûrement Une Délivrance ...
* Have a Secret ? : Si C'Est Un Secret, C'Est Que Ca Ne Te Regarde Pas NOn ?
Date d'inscription : 22/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: MOurir & Partir D'Ici
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Sam 26 Jan - 17:47

    Sarah observa le paysage qui s'offrait à sa vue. Le soleil était en train de se coucher, et il répandait une lumière oscillant entre le rouge et le orange dans le ciel. Durant son enfance, la jeune fille n'avait jamais pu voir le coucher du soleil, et encore moins le levé. A chaque fois, ses parents fermaient ses volets vers 18h00 et les ouvraient seulement à 7h30. Si elle se risquait à les ouvrir elle-même avant l'heure prévue, elle savait ce qui l'attendait. Une affreuse correction. Sa vie n'était déjà pas facile, tout programmé, tout interdit, c'était un plan bien précis auquel il ne fallait en aucun cas désobéir. Qui se risquait à ne pas le respecter, que ce soit elle, ou même un employé de la maison, méritait d'après ses parents, un effroyable châtiment. Pour les femmes de chambre, la cuisinière ou encore le jardinier, c'était le renvoi immédiat, et le père de Sarah ne se gênait pas pour tout faire pour empêcher le fautif de retrouver un travail. Et si c'était elle qui faisait entorse aux règles de la maison, elle ne savait pas ce qui l'attendait, du moins, elle ne le sut pas jusqu'à l'âge de huit ans.

    Ce jour-là, elle devait se rendre à un goûter d'anniversaire, c'était prévu depuis plusieurs semaines, et ses parents avaient donné leur accord. Sarah était toute heureuse à l'idée de fêter avec Lucas et leurs amis son anniversaire, et elle en oublia de fermer la porte de sa chambre, dont la fenêtre était ouverte avant d'aller manger. Elle regagna la salle à manger et une fois assise à table, sa mère demanda à une femme de chambre d'ouvrir la fenêtre, la chaleur étant insupportable. L'employé s'empressa de le faire, et c'est alors qu'un courant d'air fit claquer la fenêtre, qui se referma d'un coup sec, faisant trembler les vitres. Sarah savait que c'était de sa faute. Elle se mordit la lèvre et baissa la tête espérant qu'on ne fera pas attention à sa présence. Mais sa mère était loin d'être dupe, et avant même d'être allée vérifier, elle sut que Sarah n'avait pas fermé la porte de sa chambre. Elle l'envoya directement à l'étage, lui interdisant de manger, de se rendre au goûter d'anniversaire de Lucas, de sortir dans le jardin et de regarder la télévision pendant plus de deux mois. A huit ans, comment voulait vous qu'une petite fille comprenne ça ? Surtout qu'elle n'avait rien fait de bien grave, un simple oubli dû à son enthousiasme. En repensant à cela, Sarah soupira et essuya une larme qui coulait le long de sa joue. Elle devait bien l'avouer, sa vie au centre était beaucoup plus plaisante que celle du manoir.

    Oui, depuis quelques temps, c'était plus facile pour elle. Elle ne devait plus supporter les réprimandes, les interdictions et les remarques désagréables de sa mère à son égard, ni les claques de son père et ses punitions stupides et injustes. Mais il y avait quelque chose qui l'empêchait de profiter de l'éloignement avec sa famille, Lucas. Qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour qu'il soit avec lui en cet instant. Assis sur le toit, ils rigoleraient bien à parler de leur nouvelle vie et à se moquer de tout, en prenant enfin les choses à la légère sans risquer une punition pour de simples paroles. Mais voilà, Lucas était mort. Mort et enterré. D'ailleurs, elle n'avait même pas pu le voir une dernière fois avant d'être envoyé au centre. Ses parents le lui avaient interdit. Ils ne pouvaient pas s'imaginer à quel point ça lui avait fait mal et combien elle s'en voulait de ne pas avoir insisté. Elle était partit comme une voleuse, sans lui dire où elle allait, sans lui promettre de revenir bientôt.

    Elle soupira et serra les dents. Ses parents payeraient. Oui, un jour ou l'autre, elle se vengerait de tout ce qu'ils lui ont fait subir. Elle voulut retenir ses larmes et finit par s'étouffer à moitié. Elle se mit à tousser et se redressa, essuyant les larmes de rage qui coulaient sur son visage. Elle regarda la vitre, le paysage qu'il y avait derrière, et dans un excès de colère contenu depuis trop longtemps en elle, elle donna un violent coup de poing dedans. Elle s'était fait mal, mais elle fit comme si de rien n'était. Ca lui avait fait du bien. La vitre était incassable, rien ne pouvait la briser, mais essayer de temps en temps, ça lui redonnait un peu d'espoir le temps de quelques secondes. Habituellement, elle n'était pas violente, au contraire, calme et très réservée, elle ne perdait jamais son sang froid. Mais ça arrive à tout le monde de craquer, et en plus, elle était seule. Personne ne saurait jamais qu'elle venait de pleurer et de donner dans cette vitre un coup aussi violent qu'elle le pouvait. Alors elle s'en fichait, ça lui avait fait du bien, et elle seule était au courant, le reste, peut importé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Standford

avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 27
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17
* Citati0n ? : At Least I Can Fucking Think ...
* Have a Secret ? : EveryOne Has A Secret .... Le tout c'est de savoir le garder !
Date d'inscription : 25/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: //
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Sam 26 Jan - 22:35

Je n'aime pas la présence des gens. Surtout pas dans ce qui semblait être mon territoire. Les gens sont bruyants. les gens sont énervants et souvetné nervés. Les gens ne laissent pas de répis et ils se la jouent rebels alors que le seul crime qu'ils aient pu commetre était d'avoir volé une peluche au supermarché. Alors, cette personne là, cette fille dont je ne connaissait même pas le nom, pourquoi elle, elle ne me dérangeait pas. Pourquoi elle ne m'insupporte pas. ELle n'est pas ocmme les autres, et je le sens. Elle n'est pas là pour jouer sa rebelle... Et puis ce silence... Généralement, les gens ne sont pas silencieux. Si, je l'ai bien remarqué... Lorsqu'ils sont en groupe, ils se la jouent et parlent bien fort, pour exprimer joies, colère et même peine. Pourquoi les gens crient quand ils ont de la peine . Si je le savais. Et puis d'autres se retrouvent seuls... Du moins sont leur acollytess, leurs "amis" et savent que je suis là, dans un coin, à les regarder. Ceux là sont également bruyants avec leur " Pourquoi tu me regarde comme ça ?" ou bien " Hey! t'a pas d'amis ?" Mais une de mes répliques du genre " Et les tiens, où ils sont", les remet à leur place. Et puis y'a ceux qui croient qu'ils sont seuls, qui ignorent ma présence. Et qui font quand même du bruit ! Ils chantent, parlent parfois tout seul, s'extériorisent .... Et puis il y a cette fille. ELle ne m'a pas vu, c'est certain. Mais elle semble ... Sortir du lot. Avec elle, aucun son, si ce n'est les larmes qu'elle semblait essayer de réprimer. Mon regard ne bougea toujours pas. J'ai l'habitude de fixer les gens. Aprés tout, elle ne le remarquera pas. Je suis assis plus haut, plus haut oui, loins de ses vittres. Là où je suis, aucune barrière. Mais jamais il ne me prendrais l'envie de sauter. Certaines personnes devraient aller se jeter. pas moi. Je ne pense pas mériter la mort. L'ignorance me torture déja assez. Mais alors que je pars dans mes réflexions, voici que "la fille" toussouta. Ce me fit encore légérement sursauter. Elle était tellement silencieuse... Et comme quelque chose n'arrive jamais seule, je la vois se redresser. Ou va t-elle ? Non, je n'ai pas envie qu'elle parte. JE ne la connais pas encore, je ne l'ai même pas cerner, elle si mystérieuse our moi. Je me redresse également. Pourquoi faire ? Je ne sais pas. Mais ce que je fis était dangereux. Un simple faut pas et je bascule en arrière. Je me trouvait en effet sur le toît du ... toît. Mais je n'allait pas tmber; Non, cela fait des années que je m'entrapine à tenir en équilibre. Je ne vais pas tomber aujourd'hui... SOudain, un énorme bruit venait de se faire entendre. Je baisse les yeux vers le bas. " La fille " venait de donner un grand coup de poing sur l'une des vitres. UQe comptait-elle faire ? La casser ? Je secoue la tête imperceptiblement. J'avais tout faut. Elle était surement comme tout le monde. En proie à des paassions, des peines, qu'on arrive pas toujours à contrôler.

- Elle ne t'a rien fait ...

Je lançais ça trés doucement, comme un murmure, un chuchotement, mais assez perceptible. Je fais un bond. je me retrouve en bas, là où se trouvait la msytérieuse fille et la vitre qui elle, était toujours intact. j'avance et je m'apuie sur l'une des vitresn, à côté. Je rehgarde l'horizon, percevant la jeune fille à mes côtés. C'est vrai, la vitre ne lui avait rien fait. je me suis toujours demander pourquoi les gens remettaient toujours leur chagrin sur les objets extérieurs, et qui vous font parfois plus mal que la peine elle même. C'était pour moi d'un ridicule. Mais tout ça, je ne lui dirait pas. j'ai sortis une phrase, c'est beaucoup pour ce que j'ai l'habitude de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Mary Coleman

avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17 Printemps
* Citati0n ? : La MOrt Serait Sûrement Une Délivrance ...
* Have a Secret ? : Si C'Est Un Secret, C'Est Que Ca Ne Te Regarde Pas NOn ?
Date d'inscription : 22/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: MOurir & Partir D'Ici
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Dim 27 Jan - 0:02

    Après avoir frappé la vitre, Sarah poussa un grand soupir et posa son front dessus. Elle aimerait tellement pouvoir passer à travers et se retrouver de l'autre côté, à courir à travers le pré qu'elle pouvait apercevoir d'ici, et où elle n'aurait aucune limite, aucune heure à laquelle rentré. Elle donna un nouveau coup de poing, beaucoup plus léger, qui pouvait s'interpréter comme un signe de désespoir. Alors qu'elle essuyait une nouvelle larme sur sa joue, elle entendit une voix, très basse, que pendant un instant, elle cru avoir imaginé. Mais quand elle se retourna, elle vit un jeune homme qui atterrisait à ses côtés. Sarah l'observa de façon étrange. Son regard n'était pas intéressé, mais encore moins désintéressé, elle se posait pleins de questions sur le moment. Qu'est ce qu'il faisait là ? Depuis quand il l'observait ? Comment savait-il qu'on pouvait aller sur les toits ? Pourquoi était-il sur la hauteur ? La hauteur qu'elle même n'arrivait pas à atteindre. Là-haut, il n'y avait aucune vitre, on pouvait sauter sans problème, et glisser très facilement. Elle n'avait jamais réussi à y monter. Elle avait déjà essayé, plusieurs fois, mais impossible d'y arriver. Elle avait le vertige, elle voulait tomber, mais elle avait peur de tomber. Bizarre non ? Oui, très. Peut être qu'en fait, elle ne voulait pas mourir. Elle éloigna tout de suite cette pensée, comme d'habitude, à chaque fois qu'elle la traversait, elle l'effaçait de son esprit. Ce n'était pas vrai, elle voulait mourir, rejoindre Lucas, quitter ce monde qui pour elle, n'avait été depuis le début que malheur, souffrance et illusions. Elle soupira et continua à regarder le jeune homme en face d'elle, intriguée.

    Elle l'avait déjà vu de temps en temps. D'après ce qu'elle avait pu observer, il était plutôt discret comme garçon. Il lui semblait assez proche d'elle à ce niveau là, il évitait les gens, exactement à sa façon. La preuve, si il était sur ce toit, ce n'était pas pour venir parler, c'était pour être tranquille, seule. D'ailleurs, elle se rendit compte qu'elle venait de le déranger dans sa solitude, et elle s'en voulu. Elle n'aimait pas qu'on vienne perturber le silence qui régnait autour d'elle, qu'on la dérange dans ses pensées, dans ses rêves, et c'était peut être pareil pour lui. Quoique, c'était lui qui venait de lui parler. Si il n'avait pas ouvert la bouche, elle n'aurait même pas remarqué sa présence, et elle serait resté une petite heure, puis serait parti comme elle était venu et jamais elle n'aurait su que quelqu'un l'avait vu, avait vu ses larmes et son débordement. Car oui, elle considérait son coup de poing ainsi, comme un débordement. Elle qui était réputé pour son calme et sa réservé, elle venait d'agir comme un grand nombre d'imbécile. Elle ne savait pas si ce qui la génait le plus, c'était le fait qu'on l'ai vu faire, ou alors le geste en lui même. En tout cas, elle savait une chose, elle n'était pas fière de son geste, et ce jeune homme avait raison, la vitre ne lui avait rien fait, et pourtant, qu'est ce que ça lui avait fait du bien.

    Sarah eut un sourire léger, qui disparu aussi vite qu'il était venu.
    « Tu as raison, elle n'y est pour rien ... » C'était vrai, elle, elle ne lui avait rien fait. Les coupables dans l'histoire c'était juste ses parents, et le destin ! Oui, ce satané destin qui pour elle, était une pure et simple horreur depuis toujours. Il paraît que la roue tourne. Mais après dix-sept ans à espérer que ça arrive, elle commençait à ne plus trop y croire. De toute façon, elle était née sous de mauvaises augures, il ne fallait pas s'étonné que sa vie soit ce qu'elle est. Elle poussa un nouveau soupir, plus long, plus profond que les autres, puis elle entrouvrit la bouche pour parler mais elle la referma très vite. Elle voulait lui poser des questions, savoir qui il était, comment il avait fait pour trouver le passage qui menait aux toits, et encore pleins de choses qui l'intriguaient. Mais elle ne pouvait se résoudre à poser des questions, ces questions qu'elle même fuyait depuis toujours. Ce ne serait pas censé que de se mettre à les poser, alors qu'elle les évitait plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alex Standford

avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 27
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17
* Citati0n ? : At Least I Can Fucking Think ...
* Have a Secret ? : EveryOne Has A Secret .... Le tout c'est de savoir le garder !
Date d'inscription : 25/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: //
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Dim 27 Jan - 15:22

Je suis comblé. C'était tout ce dont j'avais besoin. Une phrase. Oui, une simple phrase, qui n'avait rien de bien particulier pourtant. « Tu as raison, elle n'y est pour rien ... » . Et là je comprend tout. Comme quoi, le silence porte ses fruits mais une simple phrase explique beaucoup oui beaucoup de choses. Pas besoin de tergiverser, pas besoin d'aler chercher midi à 14h ni raconter sa vie. Une phrase en dit plus long généralement que tout les discours du monde. Vous savez, la façon dont sort les mots d'entre des lèvrest tirées en un sourire, même petit, est bien diffénrente de celle dont sortent les mots d'entre des lèvres pincées : je sens un petit sourire dans son intervention. Mais je résiste. Je ne me tourne pas. Parfois, les sourires sont intimes. Et comme celui-ci s'effaca assez rapidement, je ne veux pas l gêner. Mais je suis aimable, du mois j'essaye de l'être. Alors un petit sourire se dessina sur mes lèvres et s'éffaca rapidement à la faveur de la brise qui vint caresser le toit timidement. Dans le son de sa voix, je perçois de la tristesse, peut-être même du découragement ... non, c'est plutôt du desespoir. « Tu as raison, elle n'y est pour rien ... ». Comme si cete jeune fille n'avais plus rien à perdre. Et ça me fit fermer les yeux. J'entends sa respiration presque haletante. Comme si ce n'était pas sa faute, qu'elle ne voulait pas se fatiguer à frapper cette vitre. Et ca me pinça au plus profond de moi. Qu'est-ce qui m'avais pris ? Pourquoi l'avais-je ainsi dérangé ? Tout ce qu'elle voulait, c'était être seule, comme moi. C'était rester avec elle même, pour se lâcher, comme si elle s'était retenue toute sa vie ... comme moi. Je venais surement de la mettre mal à l'aise.
Je me tourne. Je me retrouver dos à la vitre et je descend jusqu'a m'assoir, m'adossant toujorus à la vitre. Je regarde d'un air vide droit devant. Je n'ose pas regerder cete jeune fille. Je ne veux percevoir aucune lerme sécher par le vent, ni aucune tristesse dans ses yeux. Ca me tuerais. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Mais quelque chose me reproche de cette fille. Peut-être est-ce le fait que c'est la première personne que je vois sur ce toit, à part le personnel, depuis mes 7 ans. Mais je ne résiste pas, je lève les yeux vers elle. " Si ca peut te rassurer, dis toi que les vitres sont trés, trés méchantes " Je laisse échaper un autre sourire, un peu plus sincère cette fois-ci, au coin de la bouche. La vitre me protéger de la brise et cela me déplaiser. Mais un sourire vaut toutes les brises du monde non ?
Je reporte mon intention sur le mur de brique qui se trouvait en face de moi. Je le suis des yeux de toute sa hauteru. Il se terminait par ce petit toit en forme de chapiteau, comme dans les tours, là où je me trouvait il y a à peine quelques secondes. Mes pensée se perdent encore. Pourquoi la tristesse se lisait toujorus dans les yeux de ceux qui le méritent le moins ? Et cette jeune - et faut l'avouer- jolie fille ne semblait pas le mériter. Et ça m'agace. Mais personne ne le saura jamais. SUrtout pas cette jeune fille. Roh et puis zut ! J'en ai marre de l'appeller " jeune fille". J'ai envie de connaitre son prénom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Mary Coleman

avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
* H0w 0ld is Y0ur Character ? : 17 Printemps
* Citati0n ? : La MOrt Serait Sûrement Une Délivrance ...
* Have a Secret ? : Si C'Est Un Secret, C'Est Que Ca Ne Te Regarde Pas NOn ?
Date d'inscription : 22/01/2008

_M0re Ab0ut Y0ur Character *
_Envie du m0ment *: MOurir & Partir D'Ici
_Relati0nship's *:
_P0pular ? *:
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   Dim 27 Jan - 21:28

    Sarah trouvait ce garçon bizarre. Oui c'était le mot, elle le trouvait bizarre. Mais pas dans un sens péjoratif, bien au contraire. Il paraissait plus calme, plus distant que les autres, plus comme elle, donc bizarre. La plupart des internes qu'elle avait observé depuis son arrivée au centre étaient bruyants, expressifs et souvent mauvais. Les paroles blessantes, les rires moqueurs, les remarques désagréables, et les jugements hatifs, elle y avait eu droit en masse depuis quatre mois. Quand elle passait dans un couloir, elle entendait souvent murmurer sur son passage des choses peu sympathiques et souvent fausses. Tant de choses plus stupides les unes que les autres, c'en était lassant, très lassant. Mais Sarah essayait de faire abstraction de tout cela, elle était différente, elle était unique et elle était bizarre, elle assumait totalement. Elle n'avait jamais rencontré quelqu'un de relativement semblable à elle, qui aimait autant être seule, mais en ce jeune homme, elle voyait une partie de sa personnalité, si critiquée et si incomprise. Ils avaient échangé à peine quelques mots, mais rien que la phrase avec laquelle il l'avait abordé, elle savait que si elle avait voulu parler à quelqu'un elle l'aurait fait d'une façon semblable. Même si, elle n'aurait sûrement pas engager une conversation de sa propre initiative avant des mois, voir des années.

    Bizarrement, elle se sentait plus ou moins en confiance, surtout qu'il fallait bien le dire, elle était un peu comme chez elle sur ce toit. Elle y passait tellement de temps. Dès qu'elle pouvait s'échapper de sa chambre sans risquer de croiser quelqu'un, elle se réfugiait ici, et pendant une heure, voir deux, elle était en paix, seule avec elle-même, ses questions sans réponses et ses réflexions tordues. Et c'est pour tout le monde pareil, quand on est sur son territoire, on a plus d'assurance, on se sent plus fort. Là, ce n'était pas de la force que ressentait Sarah, c'était de la confiance. Ce jeune homme connaissait le même endroit qu'elle, son jardin secret comme elle l'appellait, il était donc lui-même digne d'avoir droit à une certaine confiance de sa part. Cette confiance que Sarah n'avait accordé à personne depuis Lucas, elle venait d'en donner une petite partie à ce jeune homme. Une petite, toute petite, mais venant d'elle, c'était déjà énorme.

    Il l'observa un petit moment et finit par s'asseoir sur le toit, le dos contre la vitre. Sarah elle, resta debout. Elle ne voulait pas faire pareil, même si elle en avait envie. Rester debout, ce n'était pas vraiment son truc. Mais elle était très proche de lui et si elle s'asseyait, il lui suffisait de tendre le bras pour le toucher. C'était bien trop proche à son goût. Elle ne voulait pas lui porter malheur, il ne le méritait pas. Il était bien trop comme elle pour qu'elle le condamne à vivre le même enfer qu'avait été sa vie jusqu'à maintenant, et que serait sa vie encore longtemps. Elle resta donc debout, regardant à travers la vitre, tandis que le jeune homme observait le côté opposé. Et finalement, il leva les yeux vers elle, et Sarah baissa les siens vers lui. Il sourit en disant que pour se rassurer, elle devait considérer que les vitres étaient très méchantes. A son tour, Sarah laissa un petit sourire se dessiner sur ses lèvres, petit, rapide mais sincère. En deux phrases, ce jeune homme avait réussi à lui faire évacuer une grande partie de la colère qui l'envahissait peu de temps auparavant. Puis le jeune homme détourna les yeux pour regarder à nouveau en face de lui et Sarah fit de même. Elle passa sa main sur la vitre, et finit par dire tout doucement « Oui ... ou je me dis simplement que ce sont mes parents ... ». Elle ne savait pas si elle avait parlé au jeune homme ni même si il l'avait entendu. Peut être qu'elle s'était simplement parlé à elle même. En tout cas, elle venait de faire un grand pas en avant. Prononcer le mot "parents" devant quelqu'un, elle ne l'avait pas fait depuis Lucas. Elle ne réalisa pas ce qu'elle venait de dire. Elle fixait toujours l'horizon, sans comprendre le sens de ses propres paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: S'évade en rêvant ... [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
S'évade en rêvant ... [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» MANMAN PITIT SE MARE VANT! LE SCENARIO LE PLUS POSSIBLE !
» PREMIERE HEURE FLASH !UNE INFORMATION VANT KOK !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:.Terrifying Boarding School.:. :: »_iN THE B0ARDiNG SCH00L * :: _R00F *-
Sauter vers: